Des nouvelles d’une récipiendaire de la Bourse Marie Gervais

2 juin 2021

Avant de m’orienter vers l’évaluation de programme, j’ai travaillé pendant huit ans en milieu communautaire, tant sur le terrain (coordination, gestion, communication) - que dans des rôles stratégiques (planification, développement, évaluation de projets). Je suis depuis peu à l’emploi à Dynamo Collectivo, en tant que conseillère stratégique en évaluation. Autrement, je détiens un Baccalauréat en droit et relations internationales (UQÀM) et un Certificat en gestion de projet (HEC Montréal). Tout en travaillant, je poursuis actuellement un diplôme de 2ième cycle en évaluation de programmes, projets et services (ÉSG-UQÀM).

 

Je pourrais en citer plus que trois ! Le congrès dans son ensemble a été très riche en apprentissages, très stimulant. En premier lieu, j’ai pu prendre le pouls du dynamisme impressionnant de notre communauté. L’importante offre de conférences, d’ateliers, sans compter les nombreuses occasions de réseautage, m’ont permis de constater que l’évaluation de programmes, bien qu’elle soit relativement jeune, est une pratique professionnelle décidément bien ancrée au Canada. Ensuite, j’ai pris conscience de la polyvalence dont font preuve les professionnel.les de l’évaluation, la très grande diversité des milieux où s’exerce la pratique et la panoplie des approches utilisées. J’ai été frappée, notamment, par certaines caractéristiques très présentes au sein de la communauté: la curiosité, une posture réflexive saine et, surtout, le désir de rester à l’affût des pratiques émergentes.

 

La participation au congrès a contribué à mon développement professionnel à deux niveaux essentiellement, théorique - l’acquisition des connaissances et pratique - la familiarisation avec de nouveaux outils. En général, j’ai pu améliorer mes connaissances en matière d’utilisation optimale des résultats et des stratégies concrètes pour les mettre en valeur. Les présentateurs étaient très ouverts à mettre de l’avant leurs outils et méthodologies. Désormais, j’estime être mieux outillée pour identifier les parties prenantes et leurs besoins respectifs en tant qu’utilisateurs futurs de l’évaluation. J’ai également été initiée à des méthodes pour évaluer le niveau de disponibilité et la capacité organisationnelle des milieux à mettre sur pied une démarche d’évaluation. Enfin, j’ai déjà hâte d’approfondir certaines approches novatrices - le Design Thinking, la cartographie du parcours client - toujours appliquées à l’évaluation de programme. J’ai particulièrement apprécié le fait que plusieurs ateliers portaient sur les stratégies adaptées spécifiquement à la réalité des organisations à but non lucratif, contexte dans lequel j’interviens principalement.

Source : SQEP


  Retour


Avant de naviguer sur notre site, veuillez accepter notre politique d'utilisation des cookies.